Pourquoi ce site ?

De 1940 à 1944, le pays bigouden a été, pratiquement dès le début de l’occupation allemande, un haut lieu de la Résistance intérieure et extérieure. De ce fait, notre région a payé un très lourd tribut à cette guerre et notre souci premier a été de rappeler – notamment à la jeune génération – et si possible de faire perdurer – le souvenir de tous ceux qui se sont battus pour cette cause que nombre de résistants, fusillés, déportés, le plus souvent atrocement torturés, ont payé de leur vie. Contrairement à ce que prétendent certains, tous étaient conscients des dangers qu’ils couraient. Pour avoir connu personnellement nombre de ceux qui ont survécu à la guerre, tous nous ont dit que c’est le plus souvent le peur au ventre qu’ils accomplissaient leurs actions de résistance.

Documentaires et films qui passent actuellement à la télévision semblent avoir suscité dans la population un regain d’intérêt pour cette époque.

Pierre-Jean Berrou et Jean Kervision se connaissent depuis l’école primaire et notamment au Cours complémentaire créé à Guilvinec en 1939 à l’initiative de M.Tudy Prigent, directeur de l’école primaire. Tous les deux ont donc vécu la guerre, le premier avait 10 ans au début de l’occupation, et 14 la Libération, le second 12 et 16 et ils en gardent encore des souvenirs précis .

1983 : Jean Kervision entre au Conseil Municipal de Guilvinec et en tant qu’adjoint au Maire chargé notamment de la communication, il propose à ses collègues d’éditer un bulletin municipal afin d’informer la population de l’activité de la municipalité. Cette proposition est acceptée et ce bulletin annuel paraîtra donc sous le nom de «  Ar Gelveneg ». Jean Kervision a alors l’idée de solliciter son ami Pierre-Jean pour agrémenter le bulletin d’articles relatant l’histoire de Guilvinec. Dès le premier numéro, le bulletin, distribué gratuitement à la population, connaît un grand succès, même au- delà de Guilvinec. Et au fil des ans, de 1983 à 1999, les articles se succèdent et suscitent toujours le même engouement ( cf la liste complète des articles dans la biographie de Pierre Jean ).

Dans le même temps , Jean Kervision. responsable du « Travailleur Bigouden », organe de la Section du Pays Bigouden du PCF, côtoie, au comité de rédaction de cet organe, plusieurs anciens résistants ( Jean Le Brun, Jean Désiré Larnicol, Guillaume Bodéré ) et les interroge sur leurs activités pendant l’occupation. D’où un certain nombre de récits et surtout de nombreuses biographies d’anciens Résistants. Plusieurs d’entre elles figurent dans le « MAITRON »

(Le « Maitron » est une œuvre collective monumentale entamée il y a plusieurs décennies. Ce dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social compte aujourd’hui des dizaines de tomes et près de 166 000 notices biographiques de militants, d’acteurs connus ou inconnus. Il porte sur la période 1789-1968.)

C‘est alors qu’intervient Gaston Balliot. Ayant eu connaissance de l’importance des documents rassemblés il propose de créer ce site pour faire en sorte qu’il touche le maximum de gens. Adressé pour essai à quelques spécialistes en histoire, il reçoit un très bon accueil et des encouragements à poursuivre les recherches. En effet, de nombreux articles et biographies sont consacrés au « Front National » et aux « Francs-Tireurs et Partisans Français » ( FTPF) essentiellement composés de militants communistes. Ceci tient au fait que jusqu’à fin 1944, ils ont mené constamment la lutte armée contre l’occupant, alors que les autres mouvements de résistance, répondant aux consignes du Général de Gaulle, ont attendu les approches du débarquement pour mener eux aussi la lutte armée, effectuant jusqu’alors un travail très actif et très important de renseignement vers l’Angleterre notamment. C’est donc vers ces réseaux ( et notamment le réseau « Johnny » ) qu’il nous faut poursuivre les recherches. Cela veut dire que le site sera évolutif et qu’il continuera à s’enrichir.