Julien FAOU

FAOU Julien, Marie

FAOU_JulienNé le 24 octobre 1902 à Lesconil (Finistère), fusillé le 23 juin 1944 dans les dunes de La Torche en Plomeur (Finistère) ; marin pêcheur ; militant communiste, résistant, membre des FTPF.

Faou_Julien_3Julien Faou était le fils de Germain Faou et de Marie Trebern. Marié avec Anna Le Coz, marin pêcheur à Lesconil en Plobannalec, patron du Saint-Tudy, il militait au sein des structures communistes du pays bigouden depuis les années 1920, selon Eugène Kerbaul. Il participa avec quatre autres bateaux à la périlleuse récupération d’armes immergées aux Glénans au printemps 1942, avec Guillaume Bodéré et Jean Baudry.
Il intégra les FTPF en 1942. Le 6 juin 1944, Julien Faou, avec un groupe de FTP de Lesconil, se rendit à Plomeur pour participer à une distribution d’armes. Sur leur chemin, ils rencontrèrent le maire, Louis Méhu, en pleine discussion avec deux soldats allemands au sujet d’un collage d’affiches. Les FTP se saisirent des soldats qui furent conduits dans l’ancien presbytère de Plonivel en Plobannalec. Lors de la contre-attaque menée par l’armée allemande quelques jours plus tard afin de retrouver les soldats, le 12 juin 1944, toute la population fut « raflée » et rassemblée. Julien Faou, pris dans cette opération menée par la Wehrmacht, fut identifié comme FTP.
Incarcéré dans un premier temps à l’usine Maingourd qui servait de casernement, il fut transféré à la prison Saint-Gabriel de Pont-l’Abbé (Finistère) et fut condamné à mort par le tribunal militaire allemand de Quimper (FK 752) le 23 juin 1944 (22 juin, selon des témoignages recueillis par Jean Kervision) pour « activité de franc-tireur ». Il a été fusillé le 23 juin 1944 à La Torche en même temps qu’Étienne Cariou, Jean Divanac’h, Albert Larzul, Armand Primot et Prosper Quéméner entre 22 h 20 et 22 h 30.

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes J.-P. Besse et Thomas Pouty). – J.-P. Besse, T. Pouty, Les fusillés. Répression et exécutions pendant l’Occupation (1940-1944), op. cit. – Brewalan Biger, Jean-Pierre Sudre, Les fusillés du Finistère (1940-1944), mémoire de master, UBO, 2011. – Eugène Kerbaul, 1 270 militants du Finistère (1918-1945), IRM Bretagne, 1985. – Documentation remise par Jean Kervision, responsable du Travailleur bigouden, publication de la section du PCF du Pays Bigouden ; no 158, 2e trimestre 1995. – Sites Internet : Résistants et amis de la Résistance, ANACR du Finistère. – État civil.

Alain Prigent, Serge Tilly

2007-2015 © Copyright Maitron/Editions de l’Atelier – Tous droits réservés || Maitron – 9, rue Malher – 75004 Paris

Note de J. K. Pour connaître les circonstances précises de leur arrestation de leur jugement et de leur exécution, se référer à L’article « SAINT-GABRIEL SOUS L’OCCUPATION » qui figure également dans notre site. , ainsi que le cas échéant, tous ceux concernant Lesconil en juin 1944.

Juste avant leur exécution ils purent adresser une lettre d’adieu à leurs proches.
Voici la lettre d’adieu de Julien FAOU (dont certains passages ont été censurés par les Allemands) :

plaque au cimetière de Lesconil, carré des fusillés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s