Pierre QUÉMÉNER

QUÉMÉNER Pierre, Nicolas

QUEMENER_Pierre
Pierre Quéméner, 20 ans, fusillé le 15.06.1944

Né le 14 avril 1924 à Plobannalec (Finistère), fusillé le 15 juin 1944 dans les dunes de La Torche en Plomeur (Finistère) ; marin-pêcheur ; membre des Jeunesse communistes clandestines ; résistant FTPF.

Tombe de Pierre Quemener au cimetière de Lesconil. Cliché Annie Pennetier

Célibataire, Pierre Quéméner était le fils de Jean-Marie Quéméner, marin-pêcheur de Lesconil en Plobannalec, militant communiste. Marin-pêcheur également, comme son frère Prosper Quéméner, il était membre des Jeunesses communistes clandestines.
Il rejoignit les Francs-tireurs et partisans français (FTPF) en octobre 1943, intégrant les Forces françaises de l’intérieure (FFI) du Finistère au sein du bataillon Bigouden. Le 6 juin 1944, Pierre Quéméner, avec un groupe de FTPF de Lesconil, se rendit à Plomeur pour participer à une distribution d’armes. Sur leur chemin, ils rencontrèrent le maire, Louis Méhu, en pleine discussion avec deux soldats allemands au sujet d’un collage d’affiches. Les FTPF se saisirent des soldats, qui furent conduits dans l’ancien presbytère de Plonivel en Plobannalec (Finistère).
À l’aube du vendredi 9 juin, les Allemands opérèrent une rafle dans la ferme de Brézéan (finistère), lieu de cantonnement d’une partie de la résistance locale. Joseph Trebern, Georges Donnart, Corentin Le Bechennec, Lucien Durand, Émile Stephan, Lucien Dréau et Louis Larnicol furent arrêtés et conduits à la prison de Saint-Gabriel à Pont-l’Abbé (Finistère).
En début d’après-midi, ce même jour, les otages allemands furent libérés, mais les résistants présents sur les lieux furent tous arrêtés : Ange Trebern, Pierre Daniel*, Yves Biger, Jean-Marie Cadiou* et Pierre Queméner.
Incarcéré à la prison Saint-Gabriel avec ses camarades, Pierre Quéméner fut condamné à mort par le tribunal militaire allemand FK 752 de Quimper le 14 juin 1944 pour « activité de franc-tireur ».
Il a été fusillé le 15 juin 1944 à La Torche.
Son corps repose au cimetière de Lesconil. Il a été reconnu « Mort pour la France ».Quemener_Pierre_3

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 5, Liste 1744 (Notes Jean-Pierre Besse et Thomas Pouty). – J.-P. Besse, T. Pouty, Les fusillés (1940-1944), op. cit. – Brewalan Biger, Jean-Pierre Sudre, Les fusillés du Finistère (1940-1944), mémoire de master, UBO, 2011. – Eugène Kerbaul, 1 270 militants du Finistère (1918-1945), IRM Bretagne, 1985. – Documentation remise par Jean Kervision, responsable du Travailleur Bigouden, publication de la section du PCF du Pays Bigouden, no 158, 2e trimestre 1995. – Site Internet Résistants et amis de la Résistance, ANACR du Finistère. – Mémorial GenWeb.

Alain Prigent, Serge Tilly             2007-2015 © Copyright Maitron/Editions de l’Atelier – Tous droits réservés || Maitron – 9, rue Malher – 75004 Paris

Note de J. K. Pour connaître les circonstances précises de leur arrestation de leur jugement et de leur exécution, se référer à L’article « SAINT-GABRIEL SOUS L’OCCUPATION » qui figure également dans notre site. , ainsi que le cas échéant, tous ceux concernant Lesconil en juin 1944.

plaque au cimetière de Lesconil, carré des fusillés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s