Aline De BORTOLI

DE BORTOLI Aline, née MORIN , le 15 juillet 1908 à Bréhand (22) , épouse de Charles DE BORTOLI

Aline commence par aider son mari dans la solidarité à l’Espagne Républicaine. Elle entre au P.C.F. en octobre 1939…. alors qu’il vient d’être interdit par le gouvernement Daladier . Sous l’occupation allemande, dès juillet 40, elle commence sa propagande par une distribution de tracts résistants du P.C.F. dénonçant la trahison du gouvernement PETAIN et la collusion du vieux maréchal avec l’occupant allemand et ses chefs nazis. Avec son mari , elle s’occupe de l’hébergement de militants dont Robert BALLANGER, l’interrégional du PCF pour la Bretagne ou encore Alain LE LAY , « régional » pour quelques mois pour le Finistère.

Charles DE BORTOLI est arrêté le 28 avril 1942. Aline doit chercher du travail et en trouve… à l’arsenal, près de la prison allemande de Pontaniou où son mari est détenu.

Là , elle effectue des sabotages de camions allemands, par coupures de pneus notamment. Elle tente de faire évader son époux et manquera de peu d’y parvenir. Charles restera emprisonné à Pontaniou du 15 mai au 1er juillet 1942.

Charles est exécuté le 28 août 1942. Aline prend alors la responsabilité du «  Comité des Femmes Patriotes de Brest », organisation clandestine, alors composée exclusivement de femmes communistes qui en avaient pris l’initiative. Elle assure aussi, dans cette période d’importantes liaisons P.C.F.-F.T.P.. Elle poursuivra ses activités militantes à Brest jusqu’au 9 février 1943. Afin de ne pas être arrêtée , elle se réfugie dans son village d’origine où elle entre aussitôt en contact avec les F.T.P. . Elle effectue alors des liaisons entre les maquis de Bréhal et de Moncontour et sera chargée, entre autres, de leur ravitaillement, et ce, tout en assumant la diffusion du matériel de propagande ( journaux et tracts du P.C.F, du F.N, et des F.T.P.F… Elle finit la guerre avec le grade d’adjudant F.T.P.F. Après la guerre elle se retire à LESCONIL avec sa famille.

In « 1640 militants du Finistère » de Eugène KERBAUL , transmis par Jean KERVISION
Note : Leur fils Edgar contribuera , pour une large part, notamment aux côtés de Raymond CARIOU , à organiser chaque année les cérémonies à la mémoire de toutes les victimes de guerre de Plobannalec- Lesconil
.