En mars 1943 à Plomeur

En juin 1994, la commune de Plomeur a tenu à commémorer les événements de juin 1944 qui ont abouti à la mort de 2 otages : Louis MÉHU et lsidore LE GARO. D’autres événements, moins tragiques, se sont déroulés à PLOMEUR en mars 1943. Il nous a paru intéressant de les relater ici. Le témoignage de Raymond CRÉDOU, directement impliqué dans ces faits, nous a permis de les reconstituer.

Un avion américain touché

Le 6 mars 1943, en fin d’après-midi, un bombardier américain revenant d’un raid sur LORIENT est touché par un avion Allemand. Le bombardier tombe en mer, en baie d’Audierne, mais auparavant, ses occupants ont réussi à sauter en parachute. lls connaissent des fortunes diverses : certains se rendent aux allemands, l’un d’entre eux, le lieutenant SIMMONS est abattu, le commandant de bord est récupéré par des résistants à TRÉMÉOC, enfin le mécanicien Gienn BLACKMOORE tombe près de la ferme de Lestiala. Les propriétaires d’une des fermes Jean CREDOU, sa femme, sa fille, se précipitent vers l’aviateur dont ils ont vu le parachute tomber dans un champ proche. Bien sûr on ne se comprend pas, on ne parle pas la même langue. Au bout de quelques minutes, un de leurs parents Bastien LE BIHAN crie, les allemands arrivent. Ceux-ci évidemment, du bourg, de Beuzec, de Tréminou où ils étaient stationnés avaient vu le parachute. Heureusement, le commis de la deuxième ferme de Lestiala, Pierre-Marie JOLIVET a la présence d’esprit d’enfouir le parachute dans un terrier de lapin. Tout le monde regagne sa maison rapidement.

La fouille des deux fermes

ll y avait à Lestiala 2 fermes: l’une tenue par Monsieur LE PEMP. Lorsque les allemands arrivent, une vingtaine de minutes après le « parachutage », ils fouillent les deux fermes. lls sont une trentaine, ils passent au peigne fin toutes les pièces des maisons, les tas de paille, de roseaux à la baïonnette, les champs sont ratissés : rien. Ils interrogent les propriétaires : ceux-ci assurent qu’ils n’ont rien vu. Les Allemands sont passés à quelques mètres de l’Américain couché dans son champ de colza, sans deviner sa présence. lls repartent bredouille, sous les yeux de Raymond CRÉDOU qui rentré de l’école a trouvé la cour de la ferme remplie de soldats interrogeant son père.

Que faire de I’aviateur ?

L’aviateur reste couché dans son champ de colza. Au couvre feu, vers 21 heures, Jean CRÉDOU et, Bastien LE BIHAN lui apportent un casse-croûte. On le laisse passer la nuit, puis la journée du lendemain. Qu’en faire ? On ne sait pas. Le deuxième soir, Raymond va le chercher, dans son champ, le ramène à la maison pour dîner. On essaie de discuter. L’aviateur sort une carte en soie, demande où se trouve PARIS. Comment y aller ? On le reconduit dans son champ. Le 3e soir, on retourne le chercher. On s’enhardit, les Allemands ne sont pas revenus, il a pris froid, il couchera dans la paille, mais dans la journée il retournera dans son champ. Un avis a paru dans les journaux, a été placardé sur les murs, comme quoi : « Tous ceux qui aideraient… les équipages d’avions ennemis abattus…seraient fusillés sur-le-champ ». Il faut trouver une solution d’urgence.

La solution

Jean CRÉDOU se rend alors à PONT-L’ABBÉ voir son ami Sébastien VOLANT et ses fils qui ont des contacts avec la Résistance. Celui-ci s’entretient avec l’adjudant-chef JAFFRAY…. C’est ainsi que Noël ARHAN de LOCTUDY et Pierre DRÉAU parviennent à la ferme de Lestiala accompagnés de Bastien VOLANT. Ils apportent avec eux des vêtements civils pour l’aviateur. Celui-ci va gagner LOCTUDY à vélo avec Noël et Pierre. Il partagera à l’hôtel, la chambre de son commandant de bord. Au bout de quelques jours, il quittera LOCTUDY pour QUIMPER d’où il ne partira que huit mois après son « atterrissage forcé »…

(in Bulletin municipal de Plomeur . Avril 1995 )

Note personnelle de Jean Kervision : Ce jour-là , avec quelques camarades,  je me trouvais près du cimetière du Guilvinec quand nous avons vu tomber cet avion, ainsi que les aviateurs sauter en parachute. Quelques jours plus tard , la rumeur publique nous apprenait que l’un d’entre eux avait été tué par un soldat allemand dès son arrivée au sol et qu’il avait été inhumé au cimetière de Saint-Jean Trolimon. Ce n’est que beaucoup plus tard, lorsque nous avons eu les deux fils de Raymond Crédou et de son épouse Denise , Jean-Michel et Ronan, comme élèves à l’Ecole publique de Plomeur que nous avons appris ce fait de résistance de Raymond lui-même

Un témoignage intéressant : Rapport d’évasion du Capitaine John L Ryan

Publicités

Pierre DRÉAU

Pierre Dréau

dreaupierreDRÉAU Pierre , agent 89411, dit « Le Solitaire de Lesconil »

Pierre Dréau , capitaine de la Marine Marchande en retraite, commerçant à Lesconil est un agent de renseignement et une figure de la Résistance bretonne . Capitaine, nommé à ce grade en 1943 par décision du Bureau Central de Renseignement et d’Action ( BCRA) à Londres. Il est agent P2, à plein temps ayant dû abandonner l’exercice de son activité professionnelle. Sa carrière d’agent est assez extraordinaire par le nombre et la diversité des missions qu’il a accomplies . Pierre Dréau a œuvré dans plusieurs secteurs, dont un spécialisé dans l’évacuation des aviateurs abattus, via Plouha ( Côtes du Nord à l’époque). C’est à lui, par exemple que Sébastien Volant de Pont-L’Abbé a confié le soin de convoyer l’aviateur américain recueilli par la famille Crédou de Plomeur ( cf l’article « En mars 1943 à Plomeur » )

Solitaire ( d’où son surnom), méfiant doué d’un sens aigu de l’observation, il a échappé plusieurs fois de justesse à l’arrestation. Il est vrai que son accoutrement de vieux pêcheur habillé de coton rouge et circulant à bicyclette n’attirait pas particulièrement l’attention des Allemands. Prudence, mais chance également.

Il est probablement l’auteur d’une carte représentant les défenses côtières implantées en 1944 sur la côte du Pays bigouden de Plozévet à Bénodet. Nul autre ne pouvait mieux connaître ces lieux que le Solitaire de Lesconil »

RAPPORT AVANT ET APRÈS. DE PIERRE DRÉAU

Les rapports de Pierre Dréau partaient par bateaux ou par avions pour Londres, et cela donnait ceci… Un, avant la venue du bombardier au-dessus de la base de Poulmic, un après !
Le rapport sur Poulmic en PDF

Le certificat de Plouhinec, chef d’Etat major des FFI, relatant les services exceptionnels rendus par le capitaine Dréau Pierre (en PDF)