Le réseau Johnny

Le réseau Johnny, fondé par Jean Le Roux et Robert Alaterre, est un réseau de Résistance breton en liaison avec l’Angleterre.

Il a précédé le réseau CND Compagnie Notre Dame. C’est un réseau de renseignement utilisant des émetteurs radio. Certains postes émetteurs avaient été récupérés par mer au large des Glenan auprès de sous-marins anglais.

La période active de ce réseau, comptant jusqu’à 200 agents, n’aura duré qu’environ un an, de 1941 à 1942, car il a été démantelé en 1942 suite à de nombreuses arrestations.

Johnny recrutait surtout dans les milieux bourgeois et souvent lié à la paroisse. Certains de ses membres étaient même des pétainistes mais opposés à l’occupation allemande.

Les femmes jouaient un grand rôle dans ce réseau, comme les sœurs Alizon de Rennes.

Noël et Estelle ARHAN

Noël ARHAN faisait partie du réseau CND-Castille (Confrérie Notre Dame), réseau de renseignement validé en 1940 par Gilbert Renault (Colonel Rémy). Son pseudo de résistant était « Dauphin ».

Il a participé activement au sauvetage des aviateurs tombés en parachute en pays bigouden le 6 mars 1943. Il avait alors 19 ans. Les deux aviateurs américains Blackemore et Ryan ont été pendant plusieurs jours cachés dans l’hôtel de la mère de Noël à Loctudy.
Estelle ARHAN, mère de Noël, était également une résistante active.

Noël Arhan a été blessé lors d’une rafle à Paris en 1944 (suite à une dénonciation du groupe) et est décédé le 06/04/1944 faute de soins.

Le 8 mai 2022 à Loctudy un square proche de l’ancien hôtel Arhan a été nommé « Square Noël et Estelle ARHAN »

l’hôtel Arhan à Loctudy

fiche Noël Arhan de la CND Castille

Estelle Arhan, la mère de Noël, née le 19/11/1894, était également membre du réseau CND en tant qu’agent de renseignement.

La fiche d’Estelle ARHAN dans la base de données du réseau CND Castille

ARHAN Estelle, 19 novembre 1894 à Loctudy, à Loctudy

Veuve de guerre. Buckmaster depuis le 1er juillet 1941. CND-Castille depuis le 1er avril 1943. Agente de renseignement. Sa maison sert d’asile aux agents des deux réseaux. Détient des armes et un poste émetteur. Héberge deux aviateurs américains.

Un article sur Estelle et Noël Arhan dans le bulletin municipal de Loctudy, Estran de février 2021, ci-joint en pdf

 

Pierre DRÉAU

Pierre Dréau

dreaupierreDRÉAU Pierre , agent 89411, dit « Le Solitaire de Lesconil »

Pierre Dréau , capitaine de la Marine Marchande en retraite, commerçant à Lesconil est un agent de renseignement et une figure de la Résistance bretonne . Capitaine, nommé à ce grade en 1943 par décision du Bureau Central de Renseignement et d’Action ( BCRA) à Londres. Il est agent P2, à plein temps ayant dû abandonner l’exercice de son activité professionnelle. Sa carrière d’agent est assez extraordinaire par le nombre et la diversité des missions qu’il a accomplies . Pierre Dréau a œuvré dans plusieurs secteurs, dont un spécialisé dans l’évacuation des aviateurs abattus, via Plouha ( Côtes du Nord à l’époque). C’est à lui, par exemple que Sébastien Volant de Pont-L’Abbé a confié le soin de convoyer l’aviateur américain recueilli par la famille Crédou de Plomeur ( cf l’article « En mars 1943 à Plomeur » )

Solitaire ( d’où son surnom), méfiant doué d’un sens aigu de l’observation, il a échappé plusieurs fois de justesse à l’arrestation. Il est vrai que son accoutrement de vieux pêcheur habillé de coton rouge et circulant à bicyclette n’attirait pas particulièrement l’attention des Allemands. Prudence, mais chance également.

Il est probablement l’auteur d’une carte représentant les défenses côtières implantées en 1944 sur la côte du Pays bigouden de Plozévet à Bénodet. Nul autre ne pouvait mieux connaître ces lieux que le Solitaire de Lesconil »

RAPPORT AVANT ET APRÈS. DE PIERRE DRÉAU

Les rapports de Pierre Dréau partaient par bateaux ou par avions pour Londres, et cela donnait ceci… Un, avant la venue du bombardier au-dessus de la base de Poulmic, un après !
Le rapport sur Poulmic en PDF

Le certificat de Plouhinec, chef d’Etat major des FFI, relatant les services exceptionnels rendus par le capitaine Dréau Pierre (en PDF)

Une fiche sur Pierre Dréau dans « Les Français Libres »