Le port du Guilvinec-Léchiagat pendant l’occupation

Le port de Guilvinec-Léchiagat pendant l’occupation allemande par Pierre-Jean Berrou (document PDF)

Hiver 1941-1942, des sardines par milliers face au Guilvinec… Une aubaine pour les pêcheurs du cru.
Mais la GAST allemande veille au grain…

Publicités

L’occupant allemand

La chasse aux communistes

Un document sur Flakschule, école de tir anti-aérien de Penmarc’h

flakschule


Ci-dessous photos communiquées par Renan Clorennec

au Guilvinec

flak-batteriechef
flak-batterie chef
flak-major
flak-major
la-flak-du-guil
la flak du Guil
photo_1-atlantik-wall-guivinec
atlantik-wall-guilvinec

et-encore-une photo_2-atlantik-wall-guivinec plus_1

à Penmarc’h

1 2 3 4 6_1 6_2 6_3 7

à Pont L’Abbé

1941-a-la-gare_11
à la gare
dans-les-rues
dans les rues

1941-a-la-gare_12 1941-a-la-gare_13 a-la-gare-2


Comment les allemands ont-ils pu faire cela ?

  • Questions revenant régulièrement devant une incompréhension :
    Les allemands savaient-ils ?
    Comment un peuple voisin, dit civilisé, au 20e siècle, a t-il pu commettre ces horreurs ?
    La population était-elle complice ?
    Comment s’est-elle laissé embarquée dans le nazisme ?
    etc..

Portrait de l’Allemagne en guerre

L’historien britannique Nicholas Stargardt, au travers de récits très documentés, donne à voir comment un peuple dans sa masse a épousé la logique criminelle.
LA GUERRE ALLEMANDE. PORTRAIT D’UN PEUPLE EN GUERRE. 1939-1945 Nicholas Stargardt La Librairie Vuibert, 800 pages, 29 euros

Comment le peuple allemand, l’un des peuples les plus cultivés d’Europe, a-t-il pu dans sa masse épouser jusqu’au désastre l’entreprise nazie ? Cette question posée au cœur du XXe siècle demeure aujourd’hui, ravivée encore par l’actualité récente avec la percée de l’extrême droite aux dernières élections. Il y a quelques mois, l’historien français Johann Chapoutot, dans la Révolution culturelle nazie (1), montrait comment, non seulement Hitler et ses proches mais nombre d’intellectuels avaient pu s’appuyer sur l’humiliation de 1918, le culte de la santé du corps ou encore la lecture biaisée des plus grands philosophes allemands comme Kant, pour transformer la pensée allemande en machine de guerre intérieure et extérieure, avec pour corollaire bien évidemment l’élimination de tous les opposants, communistes, socialistes, l’interdiction des syndicats, etc. Avec ce beau pavé de 800 pages, l’historien britannique Nicholas Stargardt s’est plus précisément intéressé à la période de la guerre elle-même pour dresser un vaste tableau de ses différentes phases et de l’état d’esprit au sein de la population, au travers des correspondances et des témoignages d’une vingtaine d’acteurs. Soldats au front, fiancées ou épouses, journaliste nazie, institutrice juive, commerçant, instituteur catholique ou encore intellectuel juif avec le linguiste Viktor Klemperer, à qui l’on devra par la suite le très célèbre ouvrage connu sous le nom de LTI (Lingua Tertii Imperii), pour la Langue du IIIe Reich.

Entre deux bombardements, les salles sont pleines
Il n’est pas possible bien sûr d’entrer dans les détails de ce livre foisonnant mais on peut en retenir certaines grandes lignes. Ainsi, la propagande nazie de l’époque ne s’est jamais résumée aux discours et aux proclamations des dirigeants. Elle est passée par la musique, le théâtre et le cinéma, et Goebbels y veille tout particulièrement. Il est frappant de voir que, en pleine guerre, dans les grandes villes allemandes et entre deux bombardements, les salles sont pleines. Le premier long métrage de la guerre, intitulé Concert à la demande, présente un pilote qui doit quitter sa fiancée pour rejoindre en Espagne la légion Condor (celle qui a bombardé Guernica) et qui finira par la retrouver grâce à un message à la radio. Vingt à vingt-cinq millions de spectateurs verront le film.

On apprendra beaucoup aussi sur l’attitude parfois contradictoire des Églises allemandes et particulièrement des évêques protestants. S’il en est qui élevèrent fortement la voix contre la mise à mort organisée des malades mentaux ou des «inutiles», aucun ne remettra véritablement en cause sa fidélité au régime. Les mêmes se tairont à propos des juifs, ce qui renvoie évidemment à ce qui est sans doute la question majeure de cette période. Que savaient les Allemands? Là-dessus, Nicholas Stargardt est clair. Dans l’ensemble, quand bien même ils n’en connaissent ni l’ampleur ni les détails, les Allemands savaient, au point qu’ils pensèrent pour nombre d’entre eux que les bombardements massifs de leur ville étaient des représailles «pour ce que nous avons fait aux juifs», pendant que les dirigeants nazis continuent, eux, d’attribuer ces bombardements à la juiverie internationale, qui est la cause de la guerre.

D’autre part, nombre de soldats sur le front de l’Est sont témoins des exécutions de masse dues au Einsatzgruppen mais aussi bien secondées par la Wehrmacht. Il est frappant de voir que ceux qui en sont les témoins, s’ils sont parfois horrifiés, ne remettent pas véritablement en cause le motif de ces massacres, tant ils sont impliqués dans la logique criminelle et au total autodestructrice du nazisme.  (Maurice Ulrich, dans l’Humanité du 02/10/17)

(1) La Révolution culturelle nazie. Gallimard, 288 pages, 21 euros.

Exécution de juifs par les escadrons de la mort SS et des miliciens ukrainiens, à Vinnitsa, en 1942. Universal History Archive/UIG/Leemage

En liaison avec le sujet : le livre d’Eric Vuillard « L’Ordre du Jour », ou comment le grand patronat a favorisé et accompagné la montée d’Hitler

Dans “L’ordre du jour” Eric Vuillard nous raconte comment, le 20 février 1933, en présence d’Hitler, chancelier,  et de Goering, président du Reichstag, les grands patrons de Siemens, Opel, Krupp, Bash, Bayer, Agfa, IG Farben, Allianz, Telefeunken décident de financer le parti nazi et d’approuver son projet. Puis la “négligence” coupable des dirigeants des pays voisins.