Jean LE COZ

JEAN LE COZ

Né à l’aube de ce siècle, le 23 février 1903 à Tréffiagat, dans une famille de modestes cultivateurs, Jean Le Coz embrasse très jeune la profession de menuisier.

Premier acte d’une longue vie de militant, il adhère à la C.G.T.U. à Saint-Quentin dans l’Aisne où il travaille à la reconstruction des régions dévastées par la guerre de 14-18. Revenu au Pays Bigouden en 1935, il adhère aussitôt au P.C.F. Élu conseiller municipal de Treffiagat aux côtés de Jean-Désiré Larnicol, il est, comme tous les élus communis­tes, « déchu » de ce poste en 1939, lors de l’interdiction du Parti Communiste Français par le Gouvernement Daladier. Il sera réélu en 1971.

En 1935, Jean a la lourde charge d’administrer le journal régional du PCF,  » La Bretagne ouvrière, paysanne et maritime ». En 1938, il est Secrétaire de la Cellule de Treffiagat-Lechiagat. Mobilisé en 1939, prisonnier de guerre, il s’évade et rejoint le pays, maintenant occupé par les allemands   Propagandiste de la Résistance à l’occupation nazie, Jean Le Coz diffuse les publications du PCF, du Front National, des Francs-tireurs et partisans français, matériel très souvent rédigé et reproduit par lui-même avec des moyens de fortune. Versé aux F.T.P. en 1942, il devient l’adjoint au responsable départemental, chargé plus particulièrement du transfert et de la répartition de l’armement: à cet égard, avec J. D. Larnicol et quelques autres camarades, il figure parmi les principaux acteurs de l’un des plus brillants faits d’armes de la Résistance finistérienne, à savoir la récupération d’armes en provenance d’Angleterre, déposées aux Glénan par le navire « l’Audacieux» de Michel Bolloré et ramenées, en grande partie, à Léchiagat par Guillaume Bodéré et Jean Baudry – qui sera, quant à lui, fusillé un peu plus tard au Mont Valérien. Cet armement est alors livré aux FTPF qui en manquaient cruellement.

Jean est arrêté par des policiers français en septembre 1942. Il a subi ces longs mois de détention précédant généralement la déportation vers les camps de la mort nazis ou le peloton d’exécution. Mais encore une fois, il réussit à s’évader. En mai 1944, il participe, en effet, à l’une des plus spectaculaires évasions de l’histoire de la Résistance Française: avec 42 autres détenus, communistes pour la plupart, il s’échappe du Camp de Voves en Eure-et-Loir par un tunnel de plus d’une centaine de mètres de longueur, creusé cm par cm, avec des moyens de fortune et au prix – on le devine aisément- d’efforts surhumains.

Jean rejoint alors le PCF clandestin dans l’Indre-et-Loire, passe ensuite au nord de la Loire, à Château-Renaud où il devient l’adjoint du Capitaine « Michel », commandant les FTPF de ce secteur.

Jean Le Coz participe à l’insurrection nationale et à la Libération dans cette région. La guerre terminée, il revint au Pays Bigouden. Pendant de longues années encore, Jean déploiera une grande activité de militant au sein de la Section du PCF du Pays bigouden. Jean Le Coz décède le 2 décembre 1990.

« Travailleur Bigouden » N° 140 . 4e trimestre 1990.(extraits)*

Jean Le Coz relate ici son engagement et son évasion du camp de Voves
(document remis par son neveu Albert Hénot).
Lire en PDF


Hommage à Jean Le Coz dans le Travailleur Bigouden, journal du PCF bigouden