Vers la Libération

Un article de Pierre-Jean Berrou paru dans le bulletin municipal n°11 du Guilvinec :
La Résistance, la Libération au Guilvinec-Léchiagat (article en PDF)

*————————–*

Les combats de Beuzec Cap Sizun, par Alain Le Berre,
dans la revue 39-45 Magazine (article en PDF)

Ces combats d’Août 1944 menés à la fois par des Capistes et des Bigoudens permirent l’arrestation de près de 250 allemands. Mais cela coûta la vie à 18 patriotes.

*————————–*

Sur la libération du canton de Pont L’Abbé

Début août 1944 l’occupant fait retraite et détruit stocks et matériel. La fin du calvaire approche. Le 11 août les Allemands ont quitté le Pays Bigouden.

« Le 2 août les Allemands entreposent munitions, bagages et fruits de leurs pillages dans un train formé à Pont L’Abbé.
Le 3 août, à Loctudy, ils détruisent les lanternes des phares et deux maisons bourrées de munitions.
Le 4 août, ils évacuent Penmarc’h, après avoir détruit un radar, et trois camions réquisitionnés que leurs chauffeurs réussissent à saboter… ils contraignent alors des paysans à les conduire à Quimper avec leurs charrettes.
Heureusement ils n’ont pas eu le temps de fixer les détonateurs des neuf mines devant faire sauter le phare d’Eckmühl. »

(Rapport de M. Audigou, administrateur du quartier du Guilvinec, à la direction de l’Inscription maritime de Nantes).

Dans l’après-midi du 4 août, les allemands font sauter en gare de Pont L’Abbé une rame de wagons chargés de munitions de toutes sortes, après avoir fait évacuer le quartier.

Dans la nuit, toute une série d’explosions dans toute la région bigoudène : Kerharvan, l’Île Chevalier, et la plus violente à Pichpoud, en Loctudy, qui anéantit plusieurs maisons.

Le samedi 5 août, les FFI-FTPF récupèrent armes et munitions encore utilisables et font la chasse aux Allemands camouflés dans la campagne.

Le dimanche 6 août est vraiment le jour de la libération. Partout flottent les drapeaux français et alliés, tandis qu’aux boutonnières fleurissent les cocardes aux trois couleurs.

Le matin, le Comité local de Libération procède à l’installation d’une Commission (délégation) spéciale chargée de l’administration provisoire de la ville.. L’après-midi a lieu le défilé des troupes de la Résistance sous le commandement du capitaine Alain BERNARD, et acclamée par une foule enthousiaste..

Les jeunes FFI-FTPF continueront le combat à Audierne, dans le Cap Sizun, et dans la presqu’île de Crozon.

A Pont L’Abbé, en Septembre 1944, est organisée une fête de la Libération

Sur la banderole : « Honneur au bataillon A. Volant »

La compagnie Le Drezen