Presse locale

Notre site Internet a été présenté à la presse locale le 23 novembre 2016 à la mairie de Plobannalec-Lesconil
par Jean Kervision, Pierre-Jean Berrou et Gaston Balliot, en présence de Bruno Jullien, maire de la commune.

Pourquoi ici ?        Guilvinec, Tréffiagat-Léchiagat et Lesconil étaient des foyers importants de la résistance à l’occupant.
De nombreuses victimes étaient de Lesconil, particulièrement touchée par la répression. Dans le hall de la mairie ce panneau saute aux yeux :

hall_mairie_plobalesco

Et au cimetière de Lesconil on trouve sur les tombes des plaques significatives remarquables

lesco_plaques_cimetiere


Ci-dessous l’article paru dans Ouest  France le 24 novembre :

l'article de Ouest-France
l’article de Ouest-France

L’article du Télégramme du 24 novembre :

teleg_24nov16

Durant la Seconde Guerre mondiale, le Pays bigouden a été un haut lieu de la résistance. Trois Bigoudens, anciens enseignants, viennent de lancer un site dédié qui, s’il rend d’abord hommage au courage de ces résistants, entend prolonger leur souvenir auprès des jeunes générations.
« Il faut que les jeunes connaissent cette histoire », lance Jean Kervision. Cette histoire, c’est celle de la Seconde Guerre mondiale, de l’occupation allemande dans le Pays bigouden et de cette résistance qui s’organise sur le territoire bigouden. Une histoire que Jean Kervision, qui a été instituteur et adjoint au maire du Guilvinec, a bien connue. « J’ai subi la rafle du 12 août 1944 » qui marquera les populations de Guilvinec et de Treffiagat, dont il est originaire. Jean Kervision n’a que 16 ans. Le souvenir est toujours aussi intact. Hier, c’est à Plobannalec-Lesconil, commune qui paya elle aussi un lourd tribut, que Jean Kervision, le Guilviniste Pierre-Jean Berrou, géographe, auteur de nombreuses publications sur l’histoire du Guilvinec et le Loctudiste Gaston Balliot ont présenté, à l’occasion de son lancement, un site Internet consacré à la guerre et la résistance dans le Pays bigouden. Un site dont l’objectif est de « rendre public une foule de documents sur la période de 1940-1944 dans le Pays Bigouden rudement mis à l’épreuve », précise Gaston Balliot. Histoire de rendre hommage au courage de ces hommes et femmes. Histoire également de prolonger leur souvenir auprès des plus jeunes.

« Tous les documents que l’on avait, fallait surtout pas qu’ils soient perdus, surtout dans l’ambiance actuelle », lance Gaston Balliot. Le site revient sur ces cinq années, des premiers clandestins de 1940 aux fusillés de La Torche en passant par l’usine à galets de Tréguennec. Au texte s’ajoutent les photos, comme celle, impressionnante, de l’inhumation provisoire des fusillés de Lesconil dans le cimetière de Plobannalec. La photographie, prise du haut du clocher de l’église, montre une foule compacte de Bigoudènes en coiffe. Il y a aussi ces photos des fusillés de Poulguen.

« Ils venaient de tout le Finistère et ont été regroupés à Poulguen où les Allemands avaient un stand de tir. Ils ont été fusillés et ont été enterrés là », raconte Jean Kervision. Les photos de 1944 racontent la découverte des fosses communes, l’exhumation des corps, montrent ces cercueils numérotés à même la dune et l’hommage rendu dans le cimetière de Penmarc’h.

Une grande part des articles publiés en ligne est issue d’un travail mené dans les années 1980. Jean Kervision a l’idée de proposer dans les bulletins municipaux du Guilvinec, dont il est alors adjoint au maire, des papiers historiques. Il demande à Pierre-Jean Berrou, qu’il a connu sur les bancs de l’école, d’agrémenter ces bulletins par des papiers historiques. Au fil des années, il raconte dans Ar Gelveneg l’histoire des Guilvinistes dans la France libre, les rafles de 1944, la libération au Guilvinec. Parallèlement, il écrit, dans la revue Cap Caval, l’histoire des fusiliers marins bigoudens de la France libre. De son côté, Jean Kervision, responsable du « Travailleur bigouden », organe de la section bigoudène du Parti communiste français côtoie bon nombre de résistants dont Jean Le Brun, Jean Désiré Larnicol et Guillaume Bodéré. Trois figures dont les biographies présentes dans le « Maitron », dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social dont il est un des rédacteurs. En ligne, on retrouve ces biographies et de nombreuses autres. « Il y en a une quarantaine », explique Gaston Balliot. C’est lui qui, devant la masse de documents, a eu l’idée de les rassembler sur un même site. Lequel ne demande qu’à s’enrichir. « Nous n’avons pas beaucoup de renseignement sur le haut Pays bigouden », avance Pierre-Jean Berrou. Témoignages et documents sont les bienvenus.


L’article de Bigouden TVbigoudentv_24nov16


Publicités