La Résistance armée à ses débuts en Pays Bigouden, le récit de Guillaume Bodéré

40e ANNIVERSAIRE DE LA LIBÉRATION :
Guillaume Bodéré
Guillaume Bodéré

( dans « LE TRAVAILLEUR BIGOUDEN »  2e trim 1985)
Dans son dernier numéro, le. T.B. a rendu hommage aux Fusillés de Poulguen. Poursuivant notre rappel historique, notamment à l’intention des jeunes qui n’ont pas vécu cette période, nous évoquons aujourd’hui les débuts de la lutte armée contre l’occupant dans le pays bigouden, notamment à travers le récit que nous en a fait notre camarade Guillaume Bodéré.

L ‘INVASION. LA DEBACLE

1939, la guerre, 1940, l’invasion et la débâcle dans la confusion la plus totale, l’abandon sans combat, à l’ennemi, du sol national, le départ pour l’Angleterre à bord du « Président Théodore Tissier » et l’arrivée à Falmouth,

Après Mers-el-Kébir, les autorités britanniques saisissent le navire et internent son équipage au camp d’Aintree près de Liverpool. Un officier anglais, venu nous endoctriner, nous exhorte à oublier notre pays, nos familles; nous apprendrons l’anglais, nous aurons une identité anglaise, nous serons des Anglais à part entière. Sinon, nous serons rapatriés à nos risques et périls.

J’ai compris: ce qu’on nous demande, c’est le reniement de ce qui nous est le plus cher au monde. Ma décision est prise: je rentrerai en France. Je verrai alors quelle ligne de conduite adopter.

RETOUR EN FRANCE

  1. Je reprends le commandement de mon bateau « Vers le Destin » .En mars au retour des Glénan, une vedette allemande nous prend en chasse. Nous mettons plein gaz mais nous sommes rejoints, face au port de Lesconil

Conduits au bureau de la Gast (bureau de la douane allemande) nous y demeurons plusieurs heures. Enfin, les douaniers allemands nous apprennent que notre rôle est à la Gast de Concarneau où nous pouvons aller le retirer, ce qui., aller-retour, fait plus de 100 kilomètres à vélo, le seul moyen de transport . Ce premier accrochage avec l’occupant est suivi d’un autre peu après. J’ai voulu soustraire aux pillards hitlériens une partie de ma pêche pour l’écouler au sein de la population, ainsi que je l’ai fait jusqu’ici. Mais, cette fois, un contrôle strict me contraint a la livrer toute entière aux Allemands.

LE « CONTACT »

Aussi, lorsqu’en avril 1941, Jean Le Coz, menuisier et militant communiste, prend le contact avec moi, il trouve en moi un homme tout disposé à prendre sa place dans la Résistance. Et me voici diffusant avec ce camarade des tracts qui appellent la population à lutter contre l’envahisseur. Cette activité toute nouvelle en ce qui me concerne, ne cessera d’ici la victoire. Peu avant, le 14 juillet 1941, Jean Le COZ suggère de faire sauter à la bombe le château de Men Meur où s’est installé le P C de la garnison. Mais la puissance de la bombe me semble douteuse et trop hasardeux le plan de l’attaque qui doit s’exécuter par la mer, donc à découvert. Finalement, le projet sera abandonné.

PREMIÈRE MISSION IMPORTANTE

Entre-temps, j’adhère au Parti Communiste, la seule force organisée qui mène à ce moment, dans la région bigoudène, le combat patriotique contre l’oppresseur. Jean-Désiré LARNICOL qui en est le dirigeant local, m’apprend qu’une fourniture d’armes et d’explosifs pour les F.T.P  est en cours . Il me demande si j’accepte d’aller prendre ce matériel et, sur mon accord, il me précise que je devrai me rendre aux Glénan où il est immergé et l’amener au Guilvinec.

Ce n’est pas si simple. Sur tout le littoral, nombreux sont les postes allemands de contrôle et d’autant plus redoutables qu’ils reçoivent de la gendarmerie et de la police de Vichy, une aide des plus efficaces.

NAUFRAGE

Malheureusement, le 22 mai 1942, au retour des Glénans par forte tempête du Sud et une mer démontée, nous faisons naufrage à huit milles de Lesconil. Mon homme d’équipage et beau­-frère, Louis Gueguen se noie et le bateau sombre. Par chance. deux heures plus tard, je suis repêché et hissé dans leur canot par deux pêcheurs de Lesconil : Joseph Larnicol et son frère Bastien. Mais tout est à reprendre Quelque temps plus tard, j’embarque à bord de l’ « Entre-Nous « , patron Jean BAUDRY, que je sais communiste. Ma confiance en lui est grande. Toutefois, je dois m’assurer, avec la prudence nécessaire, s’il consentirait à m’assister dans ma mission. Ce que je fais en lui demandant s’il ne pourrait m’accompagner pour récupérer, au Fort Cigogne, diverses affaires que j’y avais entreposées au moment de la déclaration de la guerre. Sur son acceptation et m’enhardissant, je lui expose clairement l’objet de la « promenade ». Il n’y a aucune hésitation chez Jean Baudry, je puis entièrement compter sur lui, bien que, tout comme moi, il sache parfaitement le sort réservé par l’ennemi aux auteurs de tels actes.

Nous convenons alors de partir un samedi, afin de laisser complètement hors de cause les deux autres membres de l’équipage.

OPÉRATION  » CONTAINERS ».

Donc, un samedi d’août 1942, après nos adieux à la famille, nous mettons le cap sur les Glénans. Dans la soirée, nous sommes à l’ile Saint-Nicolas et faisons viser notre laissez-passer par les deux Allemands de service.

Les îles Drennec et Penfret étant occupées, nous mouillons à Fort-Cigogne vers 21 heures. Nous repérons une annexe nécessaire à la réussite de notre opération décidée pour la nuit même. Nous amarrons notre bateau à la chaîne d’un pêcheur de Loctudy que nous savons sur le continent et faisons le simulacre d’aller nous coucher.

Dès la nuit sombre nous sommes debout.

La chaîne descend silencieusement dans l’annexe qui fend la mer, sous la poussée des avirons, en direction de la zone nord des iles. La mer est calme, le vent faible. Une heure plus tard. Il est minuit – nous sommes sur les coordonnées.

Soudain, éclatante, une fusée verte illumine la mer à l’instant où nous embarquons les explosifs. Instantanément nous nous aplatissons dans le fond de l’embarcation avec le sentiment d’avoir été repérés et dans l’attente d’une rafale de mitrailleuse… Cependant le poste de Penfret reste muet. .

Nous reprenons notre travail avec ardeur en passant aux containers particulièrement pesants. Le retour s’effectue, toujours à l’aviron, mais avec vent arrière et c’est harassés qu’à Fort Cigogne nous nous affalons à notre bord, vers les quatre heures. Il était temps, les premiers pêcheurs s’affairent quelques instants plus tard autour de leurs barques. Il est six heures lorsque, à notre tour, et pour donner le change nous embarquons divers engins de pêche avant de reprendre, par un temps bouché, la direction de Guilvinec, la précieuse cargaison à notre bord.

MINUTES ANGOISSANTES

Il est convenu que Baudry restera sur le bateau à l’arrivée tandis que je monterai sur la digue pour faire viser l’Ausweis par la Gast.

Si l’Allemand chargé du contrôle de la cargaison en découvre la nature, Baudry l’abattra, me chargeant, quant à moi, de régler le sort des occupants de la guérite. Nous sommes bien décidés à vendre chèrement notre peau.

Trois Allemands se trouvent sur le môle à notre entrée au port.

Au début tout se passe bien. Un douanier allemand descend l’échelle que moi-même je remonte plus vite Et je lui demande si c’est lui qui descend ou s’il me laisse monter. Il n’insiste pas, remonte et m’accompagne au poste où l’Ausweis m’est signé. Le contrôleur reste avec ses collègues quand je regagne mon bord. Tout marche on ne peut mieux.

Le navire mouillé, je me procure une charrette et un cheval pour transporter le matériel. Mais il est si lourd qu’une fois la charrette chargée, « Mousse » le cheval, refuse de démarrer. C’est angoissant; les encouragements, les menaces n’agissent pas sur la pauvre bête. De nombreux promeneurs flânent au long de ce quai ce dimanche et ce n’est guère le moment d’éveiller leur curiosité. Dans un sursaut patriotique, « Mousse » se décide, s’arc-boute et tire le chargement qui, enfin, s’ébranle.

CHAUDE ALERTE

Peu après, armes et explosifs sont planqués à mon domicile. Quelques jours plus tard, trois camarades désignés par la Direction Inter-région viendront les prendre. Au moment de ce transfert et la voiture de ces camarades étant déjà chargée et stationnant devant ma porte avec ses passagers, plusieurs voitures de la Gestapo et de la police de Vichy passent en trombe, se rendant à Léchiagat. On apprend peu après que des perquisitions ont été faites chez J.-D. Larnicol , J. Le Coz, L. Hénot , J. Quiniou ; vainement d’ailleurs.

ARRESTATIONS

Il en fut tout autrement un mois plus tard, à la suite de révélations faites, après torture, par un résistant de Lanriec. Ces révélations furent à l’origine d’une vaste opération policière conduite par le Commissaire Soutif, chef du Service des Renseignements Généraux à Quimper, et les commissaires de police mobile Mitaine Willam et Moreau Jacques.

De nombreuses arrestations furent opérées à Pont.L’Abbé, Concarneau, Léchiagat.

Ma femme fut arrêtée le 30 septembre 1942. Elle subira un emprisonnement de deux ans qui compromit gravement son état de santé.

LA FIN D’UN HEROS

Prévenu à temps, je réussis à prendre le large; je menai dès lors l’existence du militant clandestin. Jean Baudry n’eut pas cette chance. Il était en mer au moment des arrestations et l’on ne put le prévenir; il fut cueilli à son arrivée. Après un an et demi de cachot, les Hitlériens le fusillèrent le 5 avril 1944 au Mont- Valérien. Il mourut avec un grand courage.

Ses dernières pensées sont exprimées dans sa dernière lettre à sa femme et à sa fille Michèle. 

TOUTE SIMPLE ET TENDRE . LA DERNIÈRE LETTRE D’UN HÉROS 

Fresnes, le 5 avril 1944,

Chères femme et enfant,

Je me mets à t’écrire quelques lignes pour te dire que je vais te quitter pour toujours. Je te souhaite une bonne vie, longue et heureuse, avec notre chère petite fille Michèle. Je vous envoie mes dernier baisers de loin à tous deux .Mes dernières pensées sont pour vous deux et je sens qu’elles vous feront du bien… Adieu.

Je vous dis, chères femme et enfant, Je vais mourir en pensant à vous. Je te dis aussi bon courage afin d’élever notre petite Michèle . Je termine. De tout mon cœur, je t’embrasse une dernière fois…

Je te dis aussi de ne pas faire de dépenses pour moi. Garde tes sous pour élever notre enfant. Jean.

————————————————————————————  récit recueilli et mis en forme par Jean Kervision pour insertion dans le « Travailleur bigouden »–

N.D.L.R (du TB) : Qu’il nous soit permis, à l’occasion de cette évocation, de souligner le rôle de tout premier plan que joue dans l’organisation de la Résistance en Pays bigouden notre camarade Jean-Désiré Larnicol, ancien maire de Treffiagat-Léchiagat, ancien conseiller général du canton de Pont-L Abbé et qui fut, de longues années durant, secrétaire de notre Section du P.C.F.

L’importance de ce rôle apparaît clairement dans le rapport d’enquête des commissaires de police mobile Mitaine William et Moreau Jacques, et du commissaire de la police nationale Soutif, chef du Service des Renseignements gènéraux durant l’occupation :

Dans ce rapport, dans la catégorie des  » individus en fuite et charges à leur encontre » , nous trouvons :

-Larnicol Désiré. né le 28 septembre 1909. à Treffiagat. ex-maire de cette localité. organisateur de l’expédition des, containers, aux Iles Glénan et âme du Parti communiste dans la région de Pont-l’Abbé, ,

-Bodéré Guillaume, né le 3 mai 1906. à St-Jean-Trolimon. marin-pêcheur domicilié à Tréffiagat, En fuite depuis le 30 septembre, A aidé Baudry dans l’expédition des « containers » et les a cachés à son domicile.’ Signalement diffusé,

A noter d’ailleurs que. par notes du Ministère de 1’Intérieur, Direction générale de la Police nationale. (diffusion n°64 du 9 octobre 1942 et n° 67 du 19 octobre 1942 entre autres). un avis de recherche concernant nos deux camarades était diffusé dans toute la France avec la mention  » En cas de découverte. procéder arrestation et aviser 13e Brigade P.J à Rennes ».