Jean BAUDRY

JEAN BAUDRY

Maitron http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article15933

BAUDRY Jean, Marie, jeanbaudryNé le 14 mars 1901 à Léchiagat, commune de Tréffiagat (Finistère), fusillé le 5 avril 1944 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; marin pêcheur ; militant communiste de Tréffiagat ; résistant.

Jean Baudry fut élu en 1935 conseiller municipal de Tréffiagat ; il remplit ces fonctions jusqu’au 10 février 1940.
Officier FTP en 1942 (Bataillon La Tour d’Auvergne, première compagnie), Jean Baudry fut arrêté par les Allemands le 30 septembre 1942 à Lechiagat et accusé de transport d’armes par bateau, emprisonné à Quimper puis à Fresnes, condamné à mort par un tribunal militaire allemand le 27 mars 1943 et fusillé le 5 avril 1944 au Mont-Valérien (Suresnes).
Il était marié et père d’un enfant.

SOURCES : DAVCC, Caen, BVIII 5. – Eugène Kerbaul, Dictionnaire biographique Finistère, op. cit. – Renseignements fournis par la mairie de Treffiagat le 5 novembre 1980.

2007-2016 © Copyright Maitron/Editions de l’Atelier – Tous droits réservés || Maitron – 9, rue Malher – 75004 Paris

 

Jean Baudry (1901-1944)

BAUDRY Jean, Marie, Né le 14 mars 1901 à Léchiagat, commune de Tréffiagat (Finistère), fusillé le 5 avril 1944 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; marin pêcheur ; militant communiste de Tréffiagat ; résistant.

Jean Baudry fut élu en 1935 conseiller municipal de Tréffiagat ; il remplit ces fonctions jusqu’au 10 février 1940. Il avait adhéré au PCF en 1930.

Il fut suspendu de ses fonctions d’élu en fin 1939, puis « déchu » à la suite de l’interdiction du parti communiste. Il avait refusé de renier son parti et de condamner l’URSS. Il participe alors à la restructuration du PC dans la clandestinité. Il diffuse la presse clandestine du PC et du FN. Il passe au FTP en 1942.
Officier FTP en 1942 (Bataillon La Tour d’Auvergne, première compagnie).

Il assure avec ses camarades le transfert et la planque pour les FTP d’armes venues par mer, en sous-marin.

Jean Baudry fut arrêté par les Allemands le 30 septembre 1942 à Lechiagat et accusé de transport d’armes par bateau, emprisonné à Quimper où il fut torturé par des policiers de Quimper, commandés par le commissaire S…, puis livré aux Allemands, emprisonné à Fresnes, puis condamné à mort par un tribunal militaire allemand le 27 mars 1943 et fusillé le 5 avril 1944 au Mont-Valérien (Suresnes).
Il était marié et père d’un enfant.

Sources:

Claude Pennetier: Maitron http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article15933

Eugène Kerbaul, 1918-1945: 1640 militants du Finistère

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s